Les Lois sur les paris sportifs en ligne

De nos jours, de plus en plus de sites de paris sportifs voient le jour, et ce, dans de nombreux pays. Ce jeu est même devenu une source de revenus conséquente pour certaines personnes. N’importe quel sport peut être l’objet d’un pari : football, tennis, basket, rugby … . Toutefois, gardez bien en tête qu’il y a des Lois qui régissent les paris sportifs en ligne. Il y a des règlements qu’il faut respecter pour que tout le monde puisse jouer dans la sérénité. En France, la Loi qui concerne les paris sportifs en ligne est aussi celle qui régit les jeux d’argent ainsi que les jeux de hasard. Cette Loi a été mise en vigueur par l’Autorité de Régulation des Jeux en ligne ou l’ARJEL. Sachez toutefois que les règlements peuvent être différents selon les législations. En Angleterre par exemple, les règlements sont très différents de ceux en France.

Qui est autorisé à parier en ligne ?

Selon la Loi, sont interdits de parier les mineurs, les interdits de jeux, mais aussi les employés de l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne. En plus de cela, les personnes qui participent aux compétitions sportives ne peuvent pas non plus parier sous aucune forme. Elles n’ont pas le droit d’engager quelqu’un pour le faire pour elles. Elles ne sont pas non plus autorisées à communiquer des informations sur le déroulement des compétitions, des informations qui pourraient privilégier un parieur tiers. Toute personne qui figure dans l’entourage du joueur ne peut pas non plus parier. Cela peut être son entraîneur, son manager et même la personne qui le soigne.

Les éventuelles sanctions pour ceux qui ne respectent pas la Loi

Pour ceux qui s’entêtent à ne pas respecter la Loi, il existe 3 types de sanctions possibles pour eux. Les sanctions disciplinaires sont établies par la fédération sportive en fonction de la gravité des fautes. Il revient donc à la fédération de fixer les pénalités. Les sanctions pénales sont mises à exécution lorsque l’acteur de compétition sportive est accusé de corruption sportive ou d’escroquerie. Pour le premier acte, l’accusé est passible de 5 ans de prison plus une amende de 500000€. Pour le deuxième acte, il est passible de 5 ans de prison plus 375000€ d’amende. Les sanctions civiles sont mises à exécution lorsqu’il y a des victimes. Dans ce cas, il revient au juge pénal de fixer les indemnités que l’acteur des fautes doit payer.